Signification de l’émeraude pierre précieuse de la Bible

Voir aussi: Toutes les prières de protection

Signification de l’émeraude pierre précieuse de la Bible

Signification de l’émeraude pierre précieuse de la Bible

L’émeraude pierre précieuse du pectoral du prêtre Aaron

L’émeraude est la troisième pierre de la première rangée des pierres du pectoral et la quatrième de celles qui ornent les fondements de la Jérusalem céleste.

C’est une pierre bien connue par sa couleur d’un beau vert comme l’herbe des champs. Quand elle est d’une belle nuance, et sans défaut, elle occupe un des premiers rangs dans la hiérarchie des pierres précieuses ; elle en est une des plus rares et des plus admirées. Sa couleur verte nous fait nécessairement penser à la terre en contraste avec le bleu qui est la couleur du ciel. Elle est l’emblème de la gloire terrestre du Messie d’Israël.

C’est sur l’herbe verte que le Seigneur a fait asseoir les foules quand Il les a rassasiées de pain (Marc 6:39). Il accomplissait ainsi la prophétie du Psaume 132:15 qui annonçait d’avance que le Messie rassasierait de pain les pauvres de son peuple. Dans ce moment Il commençait les miracles qu’Il opérera d’une manière plus grande dans le siècle à venir. En ce jour-là, Il répandra sur son peuple, avec abondance, une bénédiction comme il n’y en a encore jamais eu jusqu’à maintenant ; bénédiction qui s’étendra sur toute la terre.

La verte émeraude est donc l’emblème de ce beau règne de mille ans dont nous parlent les prophètes. Ils nous rendent témoignage des souffrances et des gloires qui devaient être la part du Christ. L’Éternel a parlé, sa promesse s’accomplira certainement. Les souffrances sont passées, que reste-t-il donc ? Les gloires ! Elles vont être manifestées aux yeux de tous dans le monde même où Il a été couronné d’épines.

L’émeraude, la sardoine, l’onyx et la topaze forment la première rangée des pierres précieuses qui ornaient le pectoral d’Aaron ; pierres sur lesquelles étaient gravés les noms des trois premiers fils de Jacob. Ils étaient de grands pécheurs et Dieu nous raconte les fautes dont ils se sont rendus coupables, mais, malgré cela, voici leurs noms qui sont placés sur le cœur du grand souverain sacrificateur d’Israël : ce sont des noms précieux puisqu’ils brillent comme autant de joyaux enchâssés dans de l’or, expression de la justice divine.

Comment une telle chose peut-elle avoir lieu ? Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : c’est la grâce de Dieu et rien d’autre, qui a pu les placer là. Combien cette grâce est merveilleuse !

Mais, plus nous considérons ces merveilles, plus nous sommes persuadés que c’est, avant tout autre chose, de Christ que Dieu veut nous parler, que ce sont de ses gloires dont le Saint Esprit veut nous occuper. Cette première rangée de pierres, de même que le premier des Évangiles, nous présente les gloires du Messie d’Israël.

Ainsi que nous l’avons déjà dit, Il devait souffrir, son sang devait être répandu. En vertu de ce sang, son peuple sera justifié de ses nombreux péchés. C’est ce dont nous parle la sardoine. Cette justice, dans un jour à venir, resplendira en gloire aux yeux de tous, c’est ce que proclame la couleur d’or de la brillante topaze.

Enfin, la bénédiction millénaire dont les prophètes nous parlent aura son plein accomplissement sous le glorieux sceptre du Messie attendu : prospérité, abondance partout : chacun sera assis sous sa vigne et sous son figuier.

N’est-ce pas de quoi nous parle la belle et verte émeraude ?