Lutte contre les forces du mal dans l’ancien testament

Voir aussi: Toutes les prières de protection

Exorcisme et possession dans la Bible, Ancien Testament

L’Ancien Testament ne raconte pas de récits d’exorcismes mais ils sont relativement fréquents dans le Nouveau Testament.

Jésus n’est pas le seul à pratiquer l’exorcisme. Les pharisiens le pratiquent (Mt 12,27) ; tel inconnu expulse des démons au nom de Jésus sans être disciple (Mc 9,38) ; les fils de Scéva en Ac 19,13-17.

Dans les textes les plus anciens de l’Ancien Testament, le démon ou esprit tentateur ne paraît pas, car tous les maux sont occasionnés par Dieu (1S 16,14 ; Dt 32,24 ; Ps 91,6).

L’ancien Orient croyait aux démons, en particulier à Babylone où on pensait qu’il fallait leur attribuer les maladies et on pratiquait des exorcismes.

On se représente les démons comme des forces supra-naturelles qui flottent dans l’air et se mêlent à l’existence quotidienne des humains (cf. Mt 12,43-45).

La source archaïque de cette croyance est l’animisme : toutes les choses de la nature ont une âme. Les humains sont sous l’influence d’esprits, bons ou mauvais.

En Israël avant l’exil, on croyait en des êtres mystérieux et malfaisants : Azazel, démon du désert 4 auquel on envoie le bouc émissaire (Lv 16,10 ; cf. Mt 12,43) ; Lilith, démon femelle (Es 34,14).

Après l’exil, la notion se précise. Satan est chargé de mettre à l’épreuve les êtres humains (Jb 1,6- 12 ; 2,1-7). C’est un démon emprunté au folklore perse, Asmodée, qui fait périr les sept maris de Sara, fille de Ragouël (Tb 3,8 ; 6,14 ; 7,11).

Le serpent est vu par l’auteur du livre de la Sagesse (Sg 2,24) comme une incarnation du diable, ennemi de Dieu et tentateur de l’être humain. Les dieux païens sont parfois envisagés comme des démons (Dt 32,17).

Les LXX ont pratiqué largement cette identification (Ps 96,5). En face du monde de Dieu se découvre l’univers du mal. Dans le judaïsme proche de l’ère chrétienne, on cherche l’origine de ces démons.

Ils sont considérés comme des anges déchus, ou des fils de Dieu ayant aimé des filles des hommes (Gn 6,1-2), ou ayant été en rébellion ouverte contre Dieu (Es 14,13-16). Orgueil et impureté caractérisent leur nature originelle. Ils tentent les êtres humains pour les entraîner au mal.