Parler de la mort aux enfants

toussaint Parler Mort EnfantsLes adultes sont souvent embarrassés par les questions des enfants. On ne parle pas volontiers de la mort, et jamais spontanément.

Pourtant, il faut y faire face. Qu’elle soit le terme naturel d’une vie ou un accident dramatique, la mort rappelle notre nature temporelle. Lorsqu’elle frappe, tout devient irréversible.

On ne peut plus revenir sur le sens d’une vie.

Le bien demeure. Le mal, commis ou subi, ne peut plus être réparé. Et l’entreprise qui n’a pu être menée à terme reste pour toujours inachevée.

La Bible ne satisfait pas notre curiosité. Et les révélations théologiques ne répondent pas aux questions des enfants.

Mais nous pouvons au moins nous demander en quoi cette échéance donne de la valeur au présent.

Tout d’abord, la vie, de son début jusqu’à son terme, est sacrée. Elle dépasse les limites de nos conceptions. A défaut de pouvoir expliquer ce qui appartient au domaine éternel, on peut parler de la réalité telle qu’elle est et  admettre les limites de nos connaissances et de nos capacités.

Les dire, et reconnaître la valeur unique du moment présent afin de l’enrichir de toutes nos capacités d’affection, d’ingéniosité, et de respect d’autrui.

N’attendons pas d’être pris au dépourvu pour y penser. La fête de la Toussaint est une occasion pour en parler et la Bible, véritable livre de vie, nous aide à trouver un sens et une valeur éternelle à notre quotidien éphémère.

La vie reste à vivre