Esprit impur, sors de cet homme ! évangile de Saint Marc

Prière du matin et commentaire de l’évangile du 23/02/2019

priere du matin évangile du 23/02/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Mc 5, 1-20

En ce temps-là, Jésus et ses disciples  arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens.

Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser.

Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres.

Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte :
« Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas! »
Jésus lui disait en effet :
« Esprit impur, sors de cet homme ! »
Et il lui demandait :
« Quel est ton nom ? »
L’homme lui dit :
« Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. »

Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays.
Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture.
Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus :
« Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. »

Il le leur permit.

Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs.

Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer.
Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé.
Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte.
Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs.
Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire.
Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui.
Il n’y consentit pas, mais il lui dit :
« Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. »

Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

 

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

Partir sur une terre inconnue, et se laisser interpeller par ceux qui vont mal. Jésus traverse la mer de Galilée pour se rendre au pays des Géraséniens. N’est-ce pas aujourd’hui le sens de l’appel du Pape François à aller vers la périphérie pour rejoindre nos contemporains en souffrance ? Je me souviens pour ma part de mes premiers pas d’éducateur, quittant l’univers familial qui était mien, pour aller habiter dans une cité de la banlieue parisienne. Combien ai-je été interpellé par ces jeunes désoeuvrés, qui développent des conduites à risque, dans le registre de la délinquance et de la toxicomanie, voulant se prouver qu’ils existent en frolant continuellement f la mort, se complaisant dans le visionnage d’images morbides, l’intensité de leur mal-être conduisant certains à se scarifier.

Marc nous décrit un homme, à la colère inmaitrisable qui habite le monde des tombeaux, et ne cesse de crier et de se blesser. Jésus essaie de le libérer de ses mauvaises pensées, qui l’ envahissent, au point de le posséder. Mais entreprendre un travail de  désaliénation n’est jamais confortable pour un sujet, qui craint que cela ne puisse qu’augmenter son tourment. « Je t’adjure, par Dieu, ne me tourmente pas ! » s ‘écrie le possédé. Mais Jésus l’aide à dépasser cette crainte et le libère… et, de manière étonnante, la crainte change de camp et habite ceux qui sont venus voir. L’homme guéri veut alors suivre Jésus, mais celui-ci n’y consent pas et lui demande de rentrer à la maison. Il y a ceux qui sont appelés par Jésus à changer de mode de vie en le suivant, et ceux qui sont appelés à changer leur vie sans changer de mode de vie, en restant à la maison. Et tous, dans l’Eglise, doivent avoir droit à la même considération.

Demandons au Seigneur aujourd’hui, quel que soit notre mode de vie, d’être attentifs aux personnes dont le mal-être est parfois si grand qu’il en devient destructeur !

Amen – Gloire à Dieu

Mes yeux ont vu ton salut, évangile selon Saint Luc 2, 22-40
Ils étaient comme des brebis sans berger
acheter Icônes religieuses