Celui à qui on a beaucoup donné, on demandera beaucoup

Prière du matin et commentaire de l’évangile du 19/09/2019

Celui à qui on a beaucoup donné, on demandera beaucoup priere quotidienne pour le matin évangile du 19/09/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
«Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors :« Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous»    

Le Seigneur répondit :« Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel
pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture. Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !    Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. Mais si le serviteur se dit en lui-même :
« Mon maître tarde à venir », et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas,
il l’écartera et lui fera partager le sort des infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.  Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage. »

Méditation sur cette parole de l’évangile de Jésus Christ selon saint Luc du 19/09/2019

Pierre en posant la question :
« est-ce pour nous que tu dis cela, Seigneur», ne s’attendait peut-être pas à recevoir une telle réponse de son maître. Oui, en effet, il pouvait se dire que cet appel à la vigilance, ne le concernait pas puisqu’il suivait déjà Jésus, qu’il avait tout abandonné pour lui et qu’il lui avait donné sa vie. Un peu, vous savez, comme ces pasteurs, ces prêtres, ces fidèles qui sont persuadés d’être déjà justes devant Dieu parce qu’ils ont consacré leur vie à celui qu’ils reconnaissent être le Fils de Dieu.

Jésus, Dieu le Père, ont confié à tous ces individus une responsabilité : être les témoins fidèles et rayonnants de son Evangile. Jésus leur a donné beaucoup et la question viendra : « qu’avez-vous fait de ce que je vous ai donné  ». C’est semblable à la parabole des talents que le Maître distribue à ses serviteurs, avant de partir en voyage. L’un de ses serviteurs n’a pas fait fructifier l’argent confié par le maître. Alors, à nous à qui Dieu a confié la responsabilité de son Evangile, il est demandé : «qu’en avez-vous fait».

Ainsi, moi qui suis pasteur, ordonné par mon Eglise pour proclamer l’Evangile et administrer les sacrements, ai-je fait ce qu’il fallait  A nous qui avons reçu l’appel de Dieu à le servir auprès de tous les hommes, à témoigner de son amour, à être des artisans de paix, faisons-nous vraiment sa volonté, sommes-nous vigilants, veillons-nous à ce que son message ne soit pas détourné pour notre propre bien.
Quand nous craignons que notre société ne soit plus chrétienne, ne confessons-nous pas notre manque de convictions et notre désobéissance à sa volonté car ne nous a–t-il pas dit : «Allez faites de toutes les nations des disciples »

Seigneur, pardonne-nous notre manque de foi et permets que nous puissions, malgré notre infidélité et notre tiédeur, être des témoins rayonnants de ton amour que nous soyons pasteurs, prêtres ou fidèles de ton Eglise.

Amen – Gloire à Dieu

évangile: les cheveux de votre tête sont tous comptés
évangile selon Saint Luc: heureux les serviteurs