Je suis la lumière du monde

Prière du matin et commentaire de l’évangile du 20/04/2019

priere du matin évangile du 20/04/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, Jn 8, 12-20

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens:
“Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie.”

Les pharisiens lui dirent alors:
“Tu te rends témoignage à toi-même, ce n’est donc pas un vrai témoignage.”

Jésus leur répondit:
“Oui, moi, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu, et où je vais ; mais vous, vous ne savez ni d’où je viens, ni où je vais.Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne. Et, s’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul j’ai avec moi le Père, qui m’a envoyé.
Or, il est écrit dans votre Loi que, s’il y a deux témoins, c’est un vrai témoignage. Moi, je suis à moi-même mon propre témoin, et le Père, qui m’a envoyé, témoigne aussi pour moi.”

Les pharisiens lui disaient:
“Où est-il, ton père ?”

Jésus répondit:
“Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.”

Il prononça ces paroles alors qu’il enseignait dans le Temple, à la salle du Trésor.

Et personne ne l’arrêta, parce que son heure n’était pas encore venue.

 

Méditation Père Sébastien Antoni

Pas facile de comprendre le sens de ce texte, si l’on ne comprend pas le sens de la fête qui est en toile de fond de cet évangile. Mais tout va devenir bien plus clair avec quelques explications rapides.

Jésus enseignait dans le temple, au cours de la fête des Tentes, ou des Huttes, c’est-à-dire la fête de « Souccot ».

Deux rites principaux solennisaient cette fête.

D’abord, celui qu’on appelait « le puisage de l’eau ». Les hommes puisaient de l’eau depuis la source de Gihon pour la verser sur les bases de l’autel du temple. Jésus, quelques jours auparavant, avait saisi cette occasion au beau milieu de la fête pour s’écrier : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi ! ».

L’autre rite de la fête concernait la lumière. La première nuit de la fête des Tentes, on allumait quatre immenses candélabres d’or. Chacun des candélabres portait à son sommet quatre vasques d’or remplies d’huile, des mèches brûlaient la nuit en permanence, et éclairaient tout un quartier de Jérusalem.

Jésus profite de l’événement pour déclarer :
-« Moi, je suis la Lumière. Non seulement la lumière pour la ville Sainte, mais la Lumière du monde entier. Qui me suit, d’où qu’il vienne et où qu’il soit, ne marchera pas dans les Ténèbres, mais il aura la Lumière de la vie ».

Jésus est la lampe, placée bien en vue sur le lampadaire, pour offrir sa lumière à tous ceux qui veulent marcher à sa suite. Il les guide pour les sortir de la nuit. Voilà notre assurance, voilà notre secours, voilà notre sécurité.

Même si nos routes sont sombres, que nous ne savons pas très bien où passer, pour vivre heureux, Jésus se donne comme Lumière qui éclaire toutes nos nuits.

Amen – Gloire à Dieu

Aussitôt l'homme fut guéri
Si le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres