Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel


Prière du matin et commentaire de l’évangile du 22/08/2019

priere du matin évangile du 22/08/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, Jn 6, 44-51

En ce temps-là, Jésus disait aux foules :
Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.
Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi.

Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui- là seul a vu le Père.
Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit.
Moi, je suis le pain de la vie.

Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas.

Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.

Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde.

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

Combien il nous arrive souvent, parce que nous connaissons la famille de telle personne, ou bien ses collègues de travail, ou bien ses voisins de quartier, de nous faire une représentation d’elle qui nous interdit de percevoir la nouveauté du message qu’elle nous adresse ! Telle est la réaction des juifs, que nous rapporte Jean :

« Celui-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. » Et ils ferment leurs oreilles face à l’extraordinaire nouveauté du message apporté par Jésus.

Il ne se présente pas comme celui qui donne à manger, mais comme celui qui se donne manger. Car donner à manger, cela consisterait à donner des vivres à l’homme, plutôt que leur assurer les moyens de se nourrir.

Ce serait le traiter en consommateur, plutôt que l’appeler à devenir véritablement « homme ». En disant « Je suis le pain », il s’annonce comme nourriture, comme source de vie. Il ouvre un avenir.
Les Juifs, eux, veulent se protéger de cet avenir en enfermant Jésus dans le cercle familial… comme certains qui voudraient enfermer le pain de vie dans un tabernacle, comme on enfermerait un trésor dans un coffre-fort.

Le pain n’est pas fait pour être regardé, mais pour être mangé. « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ! »
La vie éternelle n’est pas reportée après la mort, comme s’il fallait sortir du temps pour la vivre pleinement.

« Je suis le pain vivant » dit Jésus. Croire et vivre riment désormais ensemble.
Puissions-nous aujourd’hui retrouver le véritable goût du pain eucharistique.

Que de propos entendus parfois sur le caractère ennuyeux et vieillot de la messe paraissent bien petits au regard de la parole du Christ « Je suis le pain vivant descendu du ciel ! »
Amen – Gloire à Dieu