Personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit


Prière du matin et commentaire de l’évangile du 22/08/2019

priere du matin évangile du 22/08/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, Jn 3, 1-8

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.
Il vint trouver Jésus pendant la nuit.

Il lui dit :
« Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »

Jésus lui répondit :
« Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »

Nicodème lui répliqua :
« Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère
et renaître ? »

Jésus répondit :
« Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix,
mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va.
Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit.

 

Méditation Pasteur Nicole Fabre

Il y a, dans les évangiles, une femme qui vient par derrière, incognito, au milieu de la foule. Il y a, chez Jean, cette autorité spirituelle et théologique qui vient de nuit : il n’y a pas de bons et de mauvais chemins pour aborder Jésus. Il sait, lui, voir au-delà des apparences, le désir et l’attente profonde des uns et des autres. : En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. Voilà les premiers mots de Jésus.

C’est Dieu qui est à l’origine de cette visite nocturne.

Le mot de naissance intrigue Nicodème. Comme il peut nous rendre perplexes, nous aussi. Ce mot invite Nicodème à continuer d’entendre, même s’il ne sait pas. Et il nous invite à faire de même. Il nous invite à observer les effets de l’Esprit qui dit la présence de Dieu aujourd’hui encore, comme nous voyons le vent par la façon dont la végétation bouge, par la sensation que nous en avons.

Redevenir comme des tout petits qui ne savent pas, mais recueillent tout ce qui leur permet de vivre, de grandir. Ecouter et voir alors notre vie, nos sociétés, nos proches sans mettre la main dessus, sans les enfermer en y décelant cette présence de celui qui fait naître, sans cesse.

Jésus, donne-nous de nous laisser entrainer par le souffle de ton esprit, non pas à l’aveugle, mais guidés par toute parole qui fait grandir la vie en nous et autour de nous.

Amen – Gloire à Dieu