Telle est la volonté de mon Père

Prière du matin et commentaire de l’évangile du 27/05/2019

priere du matin évangile du 27/05/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, Jn 6,35-40

En ce temps-là, Jésus disait aux foules :

« Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas.

Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors.

Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé.

Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour.

Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

 

Méditation Père Jean-Marie Petitclerc

En ce mercredi 8 mai, où nous fêtons la fin d’une guerre pleine d’atrocités, grâce au sacrifice de tant de jeunes soldats valeureux, qui ont offert leur vie pour la cause de la paix, il fait bon réentendre les paroles de Jésus : « Telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour ! »

Le sacrifice de ces soldats combattants pour la paix n’est pas vain.

Ils continuent de vivre dans le cœur de ceux qu’ils ont sauvés. Ils ont permis l’avènement d’une Europe pacifique. A l’approche d’une échéance électorale importante, combien il fait bon se rappeler que la création de l’Union Européenne est synonyme de paix, dont nous profitons tous aujourd’hui, alors que certains voudraient nous la présenter uniquement sous l’angle des tracasseries administratives de Bruxelles.

Oui, Christ est venu rappeler – et il est important de penser aussi, en ce jour où nous fêtons la victoire, à ceux qui se sont trompés de camp -, qu’il est venu pour ne perdre aucun de ceux que le Père lui a donnés, c’est-à-dire tous nos frères les hommes. Tous ceux qui croient en lui sont appelés à ressusciter le dernier jour. N’allons pas ergoter sur le thème : s’agit-il du dernier jour de la vie ? ou du dernier jour du monde ? Car la mort nous fait définitivement sortir de l’espace-temps. Le paradis n’est pas un lieu mais une relation d’amour. Et raisonner en termes d’avant/après n’a pas de sens lors de la mort.

Voilà pourquoi Jésus parle de la vie éternelle au présent et non pas au futur. Tout homme « a » (et non pas « aura ») la vie éternelle.
Puissions-nous, à l’appel du pape François, ne pas jeter dehors ceux dont Jésus nous rappelle qu’il est venu pour qu’aucun ne se perde!
Amen – Gloire à Dieu

Ils virent Jésus qui marchait sur la mer
Travaillez pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle