Va, vends ce que tu as. Puis viens, suis-moi

Prière du matin et commentaire de l’évangile du 25/05/2019

priere du matin évangile du 25/05/2019 sur Gloire à Dieu

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Mc 10, 17-27

En ce temps-là, Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda :
« Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? »

Jésus lui dit :
« Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul.
Tu connais les commandements :
Ne commets pas de meurtre,
ne commets pas d’adultère,
ne commets pas de vol,
ne porte pas de faux témoignage,
ne fais de tort à personne,
honore ton père et ta mère. »

L’homme répondit :
« Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. »

Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit :
« Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alors tu auras un trésor au ciel. Puis viens, suis-moi. »

Mais lui, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands biens.

Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples :
« Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! »

Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles.

Jésus reprenant la parole leur dit :
« Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu !
Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. »

De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux :
« Mais alors, qui peut être sauvé ? »

Jésus les regarde et dit :
« Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu. »

 

Méditation Père Emmanuel Payen

Jésus pose son regard sur cet homme riche, mais désireux d’un bonheur qui n’est pas
comblé par son accumulation de richesses. Son désir l’attire vers Jésus dont le regard
pénètre son cœur.
Il voit que cet homme est honnête, croyant, pratiquant, généreux… mais qu’il n’est pas
pleinement libre et donc pas pleinement heureux.
Le diagnostique est clair : cet homme est prisonnier de ses richesses, de ses biens.

Alors Jésus lui dit « vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au
ciel, puis viens et suis-moi »
« Mais l’homme, à ces mots, devint sombre et s’en alla tout triste, car il avait de grands
biens. »
Pour être vraiment heureux et disciple de Jésus, il nous faut nous libérer de tout ce qui
nous coince, nous emprisonne, nous attriste. C’est un long travail de simplification de vie.
Cela me rappelle cette méditation du Patriarche Orthodoxe de Constantinople,
Athénagoras, qui disait :
« La guerre la plus dure, c’est la guerre contre soi-même. Il faut arriver à se désarmer.
J’ai mené cette guerre pendant des années, elle a été terrible …
Mais je suis désarmé.
Je suis désarmé de la volonté d’avoir raison, de me justifier en disqualifiant les autres,
je ne suis plus sur mes gardes, jalousement crispé sur mes richesses. J’accueille et je
partage. Quand on n’a plus rien, on n’a plus peur »
Merci Seigneur de nous conduire sur le chemin du détachement qui ouvre sur le vrai
bonheur d’être avec Toi.
Amen – Gloire à Dieu

Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare
Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi !