Haine des catholiques sous le Troisième Reich

Intro

Religion catholique et mouvements nazis

Au moment de la montée du nazisme à la fin des années 1920, la presse catholique française considère déjà le national-socialisme comme une forme de « paganisme ». La question de la nature de la foi des militants nazis est également posée non sans humour par les Juifs français dans L’Univers israélite , dès 1927 :

« Le général allemand Ludendorff vient de prendre une décision pour laquelle nous ne trouvons pas d’épithète. Il a annoncé, en effet, son intention d’abandonner l’Église parce que celle-ci reconnaît la divinité de Jésus, qui était juif.
Le vieux Ludendorff ne veut pas d’un “Jude” pour dieu.
Il a mille fois raison ! Il faut être logique, que diable ! Le foudre de guerre s’est souvenu qu’il existe un dieu de pure souche germanique : Wotan, le terrible Wotan qui, sans les opéras de Wagner, serait bien oublié aujourd’hui…
C’est donc désormais Wotan que Ludendorff invoquera, c’est à lui qu’il demandera la victoire pour l’Allemagne à la prochaine “fraîche et joyeuse”. C’est Wotan qui sera le dieu des racistes jusqu’au jour où un farceur prouvera que Wotan était juif, lui aussi. Et alors, Ludendorff ne saura plus à quel dieu se vouer. »

Mai 1794 : Robespierre fait célébrer le culte de l’Être suprême
La Société théosophique : histoire d’une secte aristocratique