Saint François de Paule

Saint François de Paule – ermite, fondateur de l’ordre des Minimes (1507)

Considéré par ses parents comme l’enfant d’un miracle accompli par saint François d’Assise, il en reçut le prénom.

François Martotelli est né dans le villa de Paola en Calabre d’où son nom. Tout jeune, il entre chez les Cordeliers où il se distingue bien vite par des miracles    comme de se retrouver en deux endroits en même temps.

Après un pèlerinage, il se retire dans une grotte où d’autres solitaires le rejoignent. Ils deviendront en 1460, l’Ordre des Minimes, des religieux voués à l’humilité.

François continue ses miracles on dit qu’il traversa le détroit de Messine en marchant sur la mer et sur injonction du Pape Sixte IV, il se rend à Plessis-lès-Tours, au chevet du roi de France Louis XI.

Après le décès du monarque, le fondateur va rester un quart de siècle à la cour de France. Affectueusement surnommé « le bonhomme » par le peuple qui le vénère, ce simple frère laïc bénit inlassablement cierges et chapelets. Pourtant il gouverne à merveille la vie spirituelle des prêtres, évêques et rois.

Le 2 avril 2007, a été fêté le 500ème anniversaire de la mort de Saint François de Paule (27 mars 1416 – 2 avril 1507).
Le culte de ce grand saint a été considérable à Bormes-les-Mimosas et à Fréjus bien sûr mais aussi à Toulon (église Saint-François-de-Paule) et en d’autres lieux où des couvents de Minimes furent fondés…

Saint François de Paule, ermite, fondateur de l’Ordre des Minimes en Calabre,  prescrivit à ses disciples de vivre d’aumônes, de n’avoir rien en propre, de ne pas toucher d’argent et de ne manger que des aliments permis pendant le carême.

Appelé en France par le roi Louis XI, qu’il assista à ses derniers moments, il mourut en 1507, à Plessis-lès-Tours, illustre par l’austérité de sa vie.

 

Que notre Seigneur Jésus, lui qui récompense magnifiquement, vous donne le salaire de votre peine…

Lettre de St François de Paule (1486)