Faire une recherche:

Vie de Saint Vincent de Paul, le petit frère des pauvres

Saint Vincent de Paul, diocèse d'Aire et Dax

Saint du jour : Saint Vincent de Paul – Fondateur de la congrégation de la Mission et des Filles de la Charité (✝ 1660)

Monsieur Vincent n’oubliera jamais que, quand il était petit, il gardait les porcs dans la campagne landaise.

Il en rougissait à l’époque et s’il voulut devenir prêtre, ce fut surtout pour échapper à sa condition paysanne. Plus tard, non seulement il l’assumera, mais il en fera l’un des éléments de sa convivialité avec les pauvres et les humiliés. A 19 ans, c’est chose faite, il monte à Paris parce qu’il ne trouve pas d’établissement qui lui convienne.

Le petit pâtre devient curé de Clichy un village des environs de Paris, aumônier de la reine Margot, précepteur dans la grande famille des Gondi. Entre temps, il rencontre Bérulle qui lui fait découvrir ce qu’est la grâce sacerdotale et les devoirs qui s’y rattachent. Il appellera cette rencontre « ma conversion ».

Il renonce à ses bénéfices, couche sur la paille et ne pense plus qu’à Dieu.

Dès lors son poste de précepteur des Gondi lui pèse. Il postule pour une paroisse rurale à Châtillon-les-Dombes et c’est là qu’il retrouve la grande misère spirituelle et physique des campagnes françaises. Sa vocation de champion de la charité s’affermit. Rappelé auprès des Gondi, il accepte et enrichit son expérience comme aumônier des galères dont Monsieur de Gondi est le général.

Ami et confident de saint François de Sales, il trouve en lui l’homme de douceur dont Monsieur Vincent a besoin, car son tempérament est celui d’un homme de feu.

Pour les oubliés de la société (malades, galériens, réfugiés, illettrés, enfants trouvés) il fonde successivement les Confréries de Charité, la Congrégation de la Mission (Lazaristes) et avec sainte Louise de Marillac, la Compagnie des Filles de la Charité. Plus que l’importance de ses fondations, c’est son humilité, sa douceur qui frappe désormais ses contemporains. Auprès de lui chacun se sent des envies de devenir saint.

Il meurt, assis près du feu, en murmurant le secret de sa vie: « Confiance! Jésus!« .

– Le Pape François rend hommage à saint Vincent de Paul dans un message adressé aux membres de l’Association internationale des Charités, à l’occasion des 400 ans des premières Confréries de Charité, le 15 mars 2017. (Le Pape encourage une ‘culture de la miséricorde’ à la suite de saint Vincent de Paul)

– Saint Vincent de Paul (1581 – 1660) est un géant de la charité. Sa vie est une synthèse de la prière et de l’action. Elle se résume en un triptyque:
+ Une riche spiritualité propre à approfondir notre foi.
+ Une vie toute donnée à Dieu et aux pauvres.
+ Un amour profond pour le sacerdoce et la mission. Car « l’Amour est inventif jusqu’à l’infini! »
(Diocèse d’Aire et Dax – saints et martyrs landais – l’Église dans les Landes)

– Saint Vincent de Paul (1581-1660) Monsieur Vincent, géant de la charité, nous échappera toujours et ne se laissera pas appréhender facilement. Mais il nous dit avec son air malicieux de gascon: «le temps change tout». Alors, que nous dit-il, 350 ans après et toujours vivant?

– « A Saintes précisément, il établit aussi la Congrégation de la Mission. De nombreuses lettres qu’il adressa au supérieur de la maison sont conservées : à Louis Thibault, Claude Dufour, Pierre Watebled et surtout Louis Rivet. Elles témoignent du soin extrême que Monsieur Vincent apporte au déroulement des missions dans nos régions charentaises. » (diocèse de La Rochelle Saintes – Saint Vincent de Paul)

– En 1885, le pape Léon XIII le déclare «patron de toutes les œuvres charitables»… Saint Vincent de Paul (1581-1660)… (diocèse de Paris)
– …saint Vincent de Paul devient pour quelques mois curé de Châtillon sur Chalaronne. C’est là qu’il fonde les dames de la Charité, dont le règlement a été conservé dans la chambre qu’il occupait… (Diocèse de Belley-Ars – 2000 ans de vie chrétienne)

– A lire: Monsieur Vincent «La vie à sauver», prix 2011 de la Bande Dessinée Chrétienne d’Angoulême.

Saint Vincent de Paul, prêtre rempli d’esprit sacerdotal et entièrement donné aux pauvres à Paris, il reconnaissait sur le visage de n’importe quel malheureux la face de son Seigneur.

Pour retrouver la forme de l’Église primitive, éduquer le clergé à la sainteté et soulager les pauvres, il fonda la Congrégation de la Mission et, avec l’aide de sainte Louise de Marillac, la Congrégation des Filles de la Charité. Il mourut, épuisé, à Paris en 1660.

 

S’il s’en trouve parmi vous qui pensent qu’ils sont envoyés pour « évangéliser » les prisonniers et non pour les soulager, pour remédier à leurs besoins spirituels et non aux temporels, je réponds que nous devons les assister en toutes manières par nous et par autrui: faire cela, c’est évangéliser par paroles et par œuvres, et c’est cela le plus juste…

Saint-Vincent de Paul (1581-1660) – (Premier aumônier des prisonniers)

 

 

Source