Aller au contenu

Vie de Sainte Geneviève patronne de Paris

Vie de Sainte Geneviève patronne de Paris

Sainte Geneviève, patronne de Paris, naquit au village de Nanterre, vers l’an 422.

Son père se nommait Sévère et sa mère Géronce. D’après la tradition, Sévère était berger et Geneviève passa son enfance à garder les brebis.

Elle était âgée d’environ sept ans lorsque saint Germain, évêque d’Auxerre, allant combattre l’hérésie en Grande-Bretagne, passa par Nanterre.

Geneviève se trouvait avec ses parents dans la foule qui se pressait autour du Saint homme pour recevoir sa bénédiction.
Saint Germain, subitement inspiré, la discerna au milieu de la foule et prédit sa sainteté future.
Il fit venir ses parents et les félicita de ce qu’ils avaient mis au monde une enfant de bénédiction.

Il parla ensuite à Geneviève et, charmé de ses sentiments de piété et de ses réponses pleines de sagesse, il l’exhorta à se consacrer entièrement à Dieu et à ne prendre jamais d’autre époux que Jésus-Christ.

Elle lui répondit que c’était tout son désir et qu’elle suppliait Dieu d’exaucer ses souhaits.

Saint Germain, pour confirmer cette résolution, lui donna une médaille de cuivre où la forme de la croix était empreinte et lui recommanda de la porter toujours comme un gage de la fidélité qu’elle avait vouée à Jésus-Christ, son divin époux.

Depuis ce moment, Geneviève se consacra à la prière.

Un jour de fête, Géronce se rendait à l’église sans emmener Geneviève qui versait des larmes et insistait pour l’accompagner.
La mère, fatiguée par les pleurs et les supplications de sa fille, la frappa dans un mouvement d’impatience, mais elle en fut punie par la perte de la vue.
Elle ne la recouvra qu’environ vingt mois après, lorsqu’elle demanda pardon à Dieu pour sa faute et que sa fille, intercédant pour elle, lui eut lavé les yeux avec de l’eau qu’elle venait de puiser et sur laquelle elle avait tracé le signe de la croix.

A quinze ans, elle reçut le voile sacré de la religion des mains de l’évêque de Paris et se consacra entièrement à Jésus-Christ par le vœu de chasteté.
Ayant perdu son père et sa mère, elle se retira à Paris chez sa marraine où elle mena une vie humble et obscure de pénitence et de prières.

Elle ne mangeait que deux fois par semaine, le dimanche et le jeudi, sa nourriture ne consistait qu’en un peu de pain d’orge et de fèves, l’eau était sa seule boisson.

Tant de vertus n’auraient dû lui attirer que de l’admiration, le respect et l’amour, mais ce fut le contraire qui arriva.

Dieu pour tester la vertu de sa servante et la rendre plus parfaite lui envoya une terrible maladie qui la laissa sans mouvement et presque sans vie pendant trois jours.
Pendant sa léthargie, elle eut une vision envoyée par les anges qui lui révélèrent les secrets du Ciel, elle se confia à quelques personnes indiscrètes et ce fut pour elle un nouveau sujet de souffrances.
On critiqua sa discrétion et ses prières, on censura sa manière de vivre, on la traita de visionnaire et d’hypocrite, certains lui auraient fait du mal sans l’arrivée de l’évêque d’Auxerre qui prit sa défense.

Mais le calme ne fut pas de longue durée. On parlait avec effroi de la prochaine arrivée à Paris du terrible Attila, roi des Huns.

Chacun savait que ce fléau de Dieu semait partout devant lui le carnage et l’incendie aussi les habitants de Paris, éperdus et tremblants, commençaient à transporter leurs trésors dans des villes mieux fortifiées lorsque Geneviève réunit les saintes femmes de la cité dans l’église Saint-Étienne et les supplia de fléchir la colère du Ciel par des jeûnes, des prières et des veilles saintes.

« Ne quittez pas cette ville, disait-elle aux hommes, laissez-y tous vos meubles et tous vos trésors. Les cités où vous songez à chercher un refuge seront dévastées par les Huns, tandis que celle-ci, grâce au Christ qui la protège, ne sera pas touchée. Les barbares n’y mettront pas les pieds. »

Cette prédiction, plusieurs fois répétée, exaspéra les habitants.

C’est une fausse prophétesse, disait-on, elle veut tous nous faire égorger, peut-être est-elle d’accord avec les barbares.
La foule poussait des cris de vengeance. Les uns voulaient la brûler, d’autres la jeter dans la Seine, quand tout à coup les événements vinrent confirmer, en tout point, la prédiction de la servante de Dieu.
En effet, on apprit qu’Attila avait soudain pris une autre direction et se retirait précipitamment vers Orléans.
Dès lors la fureur fit place à l’admiration, la persécution au respect et la défiance à la reconnaissance et à l’amour.

C’était aux prières de la sainte vierge de Nanterre que Paris devait sa délivrance.

Après ce service, Geneviève en rendit aux Parisiens un autre non moins important.

Childéric, à la tête des Francs, avait formé le blocus de leur ville et la pressait autant par la famine que par le glaive.

Tous les regards se tournèrent alors vers la Sainte qui n’hésita pas à se mettre à la tête de ceux qu’on désigna pour aller chercher des vivres.
Malgré l’ennemi qui veillait de près, malgré la tempête qui brisa les bateaux, elle se rendit jusqu’à Troyes d’où elle revint avec d’abondantes provisions impatiemment attendues.
Après la prise de la ville, Childéric, quoique païen, rendit hommage à sa vertu et fit, à sa prière, plusieurs actes de clémence, il fut imité en cela par Clovis, son fils, qui accorda la liberté aux prisonniers toutes les fois que la Sainte intercéda pour eux.

Sainte Geneviève vécut jusqu’à l’âge de 89 ans et mourut le 3 janvier 512.

Son corps fut porté avec beaucoup de respect dans l’église de Saint-Pierre et Saint-Paul, église qui, depuis, a reçu son nom.

On ressentit bientôt combien son intercession fut puissante auprès de Dieu.

Des siècles après sa mort, en 1229 et 1230, une peste affreuse désolait la France et Paris en particulier.
Nul âge, nul sexe n’était épargné. Déjà quatorze mille personnes avaient succombé, toutes les ressources de la médecine étaient inutiles les prières même publiques étaient impuissantes à fléchir la colère de Dieu.

L’évêque de Paris décida de demander la puissante intercession de Sainte Geneviève.

On exposa ses reliques puis on réunit autour de ces précieux restes la multitude des malades, tous furent instantanément guéris, excepté trois personnes dont l’incrédulité ne servit qu’à rehausser la gloire de la Sainte.

Gloireadieu.com utilise des cookies provenant de Google pour fournir ses services et analyser le trafic. Votre adresse IP et votre user-agent, ainsi que des statistiques relatives aux performances et à la sécurité, sont transmis à Google afin d'assurer un service de qualité, de générer des statistiques d'utilisation, et de détecter et de résoudre les problèmes d'abus.
Cookies settings
Accepter
Politique en matière de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
  • Qui sommes-nous ?

    L’adresse de notre site Web est : https://www.gloireadieu.com/

Cookies publicitaires Google

Nous utilisons des cookies pour faciliter la diffusion des annonces sur les sites Web de nos partenaires, tels que ceux diffusant des annonces Google ou membres d'un réseau publicitaire agréé par Google. Lorsqu'un utilisateur visite ce type de site, un cookie peut être placé dans son navigateur.
    • Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages.
    • Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web.
Cliquez ici pour savoir comment Google utilise les informations fournies par les cookies

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.  
Save settings
Cookies settings