Parures, bijoux et parfums dans les saintes écritures



parures, bijoux et parfums dans les saintes écritures

Bijoux dans les textes de l’Ancien Testament

Dans l’Ancien Testament les parures et les bijoux faisaient partie de la vie quotidienne des Israélites,  hommes et femmes, des gens simples ou des prêtres, des rois ou d’autres chefs.

Dans Pr 1.8,9, Salomon dit à son fils, en parlant des instructions de ses parents : Ce sera pour ta tête une couronne gracieuse, des colliers autour de ton cou.

Il n’était pas exceptionnel pour un jeune prince de porter des bijoux, et ce n’était pas le privilège des seuls nobles.

Il était aussi fréquent que les hommes, comme les femmes, se parfument, ainsi que le montre le psaume 133 qui parle de l’huile qui parfume la tête, et descend sur la barbe d’Aaron (v.1,2 ; cf.2 S 12.20 ; Mt 6.17).

   1. Genèse 13.2 ; 24.22,35,53.
Abraham était très riche en troupeaux, en argent et en or. Quand son serviteur Eliézer eut l’accord de Rébecca et de sa famille pour devenir l’épouse d’Isaac, le fils de son maître, il lui donna un anneau d’or pesant un demi-sicle [environ 6 g] pour le nez, et deux bracelets d’or pesant dix sicles [environ 115 g], pour ses poignets. Pour Abraham, il est naturel d’offrir des bijoux à sa future belle-fille.

2. Genèse 41.42, Daniel 5.7,16,29 et Esther 3.10,12 et 8.2,8,10,15 Genèse 41.42
Le pharaon retira de sa main l’anneau qu’il passa à la main de Joseph, il le revêtit d’habits de fin lin et lui mit au cou le collier d’or.

Il s’agit d’objets de luxe qui  avaient une fonction pratique : l’anneau devait comporter un sceau permettant de signer des documents faisant autorité, le collier avait, lui aussi, une fonction symbolique d’autorité et peut-être même une signification religieuse.

3. Exode 3.22 ; 11.2,3 ; 12.35,36; 28

Le texte dit que les Israélites ont dépouillé les Égyptiens, avec leur consentement et sous l’influence de Dieu. Ils ont emporté notamment des objets d’argent et d’or.

Dans l’Exode 28,il est décrit en détail les vêtements  du grand prêtre d’Israël : son pectoral était serti des pierres précieuses qui représentaient les douze tribus d’Israël, il était fixé à l’éphod avec des chaînettes et des anneaux d’or. L’éphod lui-même était tissé avec des fils d’or. Les clochettes qui étaient fixées au bas de la robe de ce grand prêtre étaient également en or.

 5. Juges 8.24-26

Le texte dit : Les vaincus avaient des anneaux d’or, puisque c’étaient des Ismaélites.[…] Ils jetèrent chacun un anneau de son butin, pour un poids total de 1 700 sicles d’or, sans compter les croissants d’or, les pendants d’oreilles […] les colliers qui étaient au cou de leurs chameaux.

6.2 Samuel 1.10

à propos des rois d’Israël Le premier roi d’Israël, Saül, portait un diadème sur la tête et un bracelet au poignet. Le roi David s’est emparé de la couronne du roi des Ammonites qu’il a vaincus.

Dans 2 S 12.30, il est dit : Il enleva la couronne de leur roi de dessus sa tête ; son poids était   d’un talent d’or, avec des pierres précieuses ; elle fut placée sur la tête de David.

 7. Ezéchiel 16.11-13 (cf.Osée 2.15) ; 23.42

Le premier texte dit : Je t’ai parée de bijoux, j’ai mis des bracelets à tes poignets et un collier à ton cou, un anneau à ton nez, des boucles à tes oreilles, et un diadème splendide sur ta tête. Tes bijoux étaient d’or et d’argent […] tu es devenue extrêmement belle. Tu es parvenue à la royauté.

L‘homme, qui voulait épouser une femme, lui offrait ce qu’il avait de plus beau, y compris des bijoux, pour lui signifier son amour et son engagement à prendre soin d’elle.

Les rois faisaient des cadeaux encore plus beaux, car les femmes qu’ils épousaient devenaient des reines.

D’autres passages, comme Pr 11.22, 14.24 et 25.11,12, montrent que les bijoux et les fards n’étaient pas systématiquement considérés, dans l’Ancien Testament, comme des signes d’immoralité ou d’impiété.

8. Job 42.11,14

Le texte dit : Chacun lui fit cadeau d’une pièce d’argent et d’un anneau d’or. […] Il nomma […] la troisième corne à fard.

L’argent sert de support à la monnaie, et l’or est utilisé pour la fabrication de bijoux de toutes sortes. Les cornes d’ovins, de caprins ou de bovins servaient de récipients pour des pommades et des liquides parfumés.

Les femmes, lorsqu’elles se faisaient belles dans des circonstances particulières, se fardaient les contours des yeux et les paupières.

 

Vous pouvez laisser votre message ou une prière

  S’abonner  
Notifier de