Jésus Christ a-t-il été enterré au Japon?

Voir aussi: Toutes les prières de protection

La légende méconnue de Jésus au Japon

Au sommet plat d’une colline escarpée dans un coin reculé du nord du Japon se trouve la tombe d’un berger itinérant qui, il y a deux millénaires, s’y est installé pour cultiver de l’ail. Il est tombé amoureux de la fille d’un fermier nommé Miyuko, a engendré trois enfants et est décédé à l’âge de 106 ans. Dans le hameau de montagne de Shingo, on se souvient de lui sous le nom de Daitenku Taro Jurai. Le reste du monde le connaît sous le nom de Jésus-Christ.

Il s’avère que Jésus de Nazareth, le Messie, faiseur de miracles et figure de proue spirituelle de l’une des principales religions du monde, n’est pas mort sur la croix au Calvaire, comme cela a été largement rapporté. Selon la légende locale, il s’agissait de son petit frère, Isukiri, dont l’oreille coupée a été enterrée dans un tumulus au Japon.

Un marigot bucolique avec un seul résident chrétien et aucune église proche, la ville de Shingo se présente néanmoins comme la ville natale du Christ (Kirisuto no Sato).

Chaque année, environ 20 000 pèlerins visitent le site, entretenu par une fabrique de yaourt locale. Il faut payer un droit d’entrée pour visiter le musée de la Légende du Christ, un trésor de reliques religieuses où l’on trouve de tout: des sous-verres Jésus aux tasses à café.

Au printemps, on peut participer au Festival du Christ, un mélange de rites multiconfessionnels dans lesquels des femmes vêtues de kimono dansent autour de tombes jumelles et chantent une litanie de trois vers dans une langue inconnue. Il s’agit de la cérémonie destinée à consoler l’esprit de Jésus organisée par l’office du tourisme local depuis 1964.

Les Japonais sont pour la plupart bouddhistes ou shintoïstes, il y a très peu de chrétiens. A Shingo, on raconte que  Jésus est venu pour la première fois au Japon à l’âge de 21 ans pour étudier la théologie.

Cela se passait pendant ses soi-disant «années perdues», ces 12 ans dont ne parle pas le Nouveau Testament. Il aurait débarqué au port de la côte ouest d’Amanohashidate, un morceau de terre qui s’avance à travers la baie de Miyazu, et serait devenu un disciple d’un grand maître près du mont Fuji, apprenant la langue japonaise et la culture orientale.

A 33 ans, il serait rentré en Judée pour parler de la « terre sacrée » qu’il venait de visiter.

Après s’être heurté aux autorités romaines, Jésus a été arrêté et condamné à la crucifixion pour hérésie. Mais il a trompé les bourreaux en échangeant sa place avec le méconnu, sinon oublié, Isukiri. Pour échapper à la persécution, Jésus s’enfuit vers la terre promise du Japon avec deux souvenirs : l’une des oreilles de son frère et une mèche de cheveux de la Vierge Marie.

Il a parcouru la nature gelée de la Sibérie jusqu’en Alaska, un voyage de quatre ans, efefctué des milliers de kilomètres et connu d’innombrables privations.

En arrivant au village de Shingo, Jésus se retira dans une vie d’exil, adopta une nouvelle identité et fonda une famille. On dit qu’il a consacré sa vie au service des nécessiteux.

Tombe de Jésus au Japon

À la mort de Jésus, son corps a été laissé exposé au sommet d’une colline pendant quatre ans. Conformément aux coutumes de l’époque, ses ossements ont ensuite été regroupés et enterrés dans une tombe,  le même monticule de terre qui est maintenant surmonté d’une croix en bois et entouré d’une palissade.

Bien que le Jésus japonais n’ait fait aucun miracle, on peut se demander s’il a déjà transformé l’eau en saké.

Toute cette histoire semble très romancée pourtant, le cas du Sauveur  de Shingo est vigoureusement défendu dans le musée et animé par le folklore. Dans les temps anciens, croit-on, les villageois maintenaient des traditions étrangères au reste du Japon.

Les hommes portaient des vêtements qui ressemblaient aux robes en forme de toge de la Palestine biblique, les femmes portaient des voiles et les bébés étaient traînés dans des paniers tressés comme ceux de la Terre Sainte. Non seulement les nouveau-nés étaient emmaillotés dans des vêtements brodés d’un motif qui ressemblait à une étoile de David, mais, en tant que talisman, leur front était marqué de croix au charbon.

Le musée soutient que le dialecte local contient des mots comme aba ou gaga (mère) et aya ou dada (père) qui sont plus proches de l’hébreu que du japonais, et que l’ancien nom du village, Heraimura, peut être attribué à une diaspora du début du Moyen-Orient. L’érudit religieux Arimasa Kubo, un pasteur à la retraite de Tokyo, pense que Shingo a peut-être été colonisé par « les descendants des dix tribus perdues d’Israël ».

Comme pour alimenter cette improbable explication, en 2004, l’ambassadeur israélien Eli Cohen a visité les tombes et a dédié une plaque, en hébreu, pour honorer les liens entre Shingo et la ville de Jérusalem. Le porte-parole de l’ambassade, Gil Haskel, a expliqué que même si les tribus hébraïques auraient pu migrer vers le Japon, le marqueur était simplement « un symbole d’amitié plutôt qu’une approbation des revendications de Jésus ».

Une autre théorie soulève la possibilité que les tombes contiennent les corps de missionnaires du XVIe siècle.

Les évangélistes chrétiens sont arrivés pour la première fois au Japon en 1549, les croyants sont entrés dans la clandestinité, et ces chrétiens cachés, comme on les appelle, ont subi une féroce persécution.

Pour reconnaître les chrétiens, les autorités faisaient passer des tests de loyauté au cours desquels des prêtres et d’autres pratiquants devaient piétiner une croix ou une image de la Vierge et de l’enfant Jésus.

Ceux qui refusaient de dénoncer leurs croyances étaient crucifiés, décapités, brûlés vifs, torturés à mort ou pendus la tête en bas au-dessus de puisards pour intensifier leurs souffrances.

Pendant plus de 200 ans, jusqu’à ce qu’un Japon isolé ouvre ses portes à l’Occident en 1868, le christianisme a survécu en communautés dispersées, ce qui explique peut-être pourquoi les soi-disant traditions chrétiennes de Shingo ne sont pas pratiquées dans le reste de la région.

La clé du culte du Christ de Shingo réside dans un rouleau censé être la dernière volonté et le testament du Christ, dicté alors qu’il mourait dans le village. Une équipe de ce qu’un pamphlet de musée appelle «les archéologues d’une société internationale pour la recherche de la littérature ancienne» a découvert l’Écriture en 1936.

Ce manuscrit, ainsi que d’autres qui auraient été découverts par un prêtre shintoïste à la même époque, étoffent les nouvelles aventures du Christ entre Judée et au Japon, et identifie Shingo comme sa dernière demeure.

Curieusement, ces documents ont été détruits pendant la Seconde Guerre mondiale, selon le musée, ne lui permettant de conserver que des transcriptions modernes  signées « Jésus-Christ, père de Noël »  à l’intérieur d’une vitrine. Plus curieusement encore, Jésus aurait vécu pendant la période Yayoi au Japon, une époque de civilisation rudimentaire sans langue écrite.

Shingo est modestement festif avec des pins givrés et des lumières scintillantes, des banderoles scintillantes et des couronnes vertes et rouges, des bougies et des crèches.

Au Japon, la veille de Noël est une sorte de soirée de rendez-vous amoureux,  ce sont les vacances les plus romantiques du Japon, dépassant la Saint-Valentin mais le jour de Noël, tout le monde se remet au travail et toutes les décorations sont démontées.

Junichiro Sawaguchi considéré comme le descendant direct du Christ, se revendique Bouddhiste et célèbre Noël    comme le citoyen japonais moyen.

Lorsqu’on lui demande s’il croit à l’histoire de Jésus au Japon, il  secoue la tête et dit, timidement, « Je ne sais pas. » Le tombeau du Christ a donné à Shingo un sentiment d’identité, si une figure centrale comme M. Sawaguchi rejetait l’histoire, il pourrait se sentir déloyal envers la ville.

Mais Sawaguchi pense-t-il qu’il est possible que Jésus soit son parent ?

Après un instant de silence il hausse les épaules et écarte les paumes vers l’extérieur, comme pour dire : Ne prenez pas tout ce que vous entendez comme un évangile.