Quelle est l’origine de la bûche de Noël?

Voir aussi: Toutes les prières de protection

D’où vient la bûche de Noël?

En France et dans de nombreux autres pays, la tradition est de terminer un repas de Noël en mangeant la bûche de Noël, un gâteau, une pâtisserie ayant la forme d’une bûche de bois.

La bûche de Noël emblématique de Noël fut justifiée et associée par les autorités chrétiennes à la lumière apportée au monde par la naissance du Christ.

Brûler une bûche à Noël a plusieurs origines païennes, dont un puissant symbole : encourager le soleil à briller de nouveau. Une bûche magique en quelque sorte, dont les flammes rendaient force au soleil renaissant.

Depuis plusieurs siècles on avait pour habitude, lors de la veillée de Noël, le soir du 24 décembre, de faire brûler dans l’âtre une très grosse bûche qui devait se consumer très lentement, l’idéal étant qu’elle puisse durer pendant les douze jours du cycle de Noël.

On choisissait de préférence un tronc d’arbre fruitier, censé garantir une bonne récolte pour l’année suivante. Lors de l’allumage, la bûche était bénie avec une branche de buis ou de laurier conservée depuis la fête des Rameaux. Lors de sa combustion, la bûche était dans certaines régions arrosée de vin pour assurer une bonne vendange, ou de sel pour se protéger des sorcières.

L’allumage de la bûche de Noël était un acte rituel de bénédiction. On la mettait généralement à flamber la veillée de Noël. C’est autour de la flambée de la bûche de Noël, qu’au retour de la messe, les familles se réunissaient pour prendre le repas de Noël, en chansons.
Parfois, du sel était saupoudré sur la bûche, ou elle était arrosée de vin, d’eau bénite, d’huile, de lait ou de miel pour assurer une bonne vendange, se protéger contre les forces du mal et repousser les sorcières. La coutume voulait que la bûche brûle durant trois jours et l’on conservait les tisons pour préserver la maison de la foudre., si la bûche ne voulait pas brûler ou ne se consommait entièrement, c’était un présage de malheur.

Cette coutume a duré du XIIe à la fin du XIXe siècle puis la bûche de bois fut alors remplacée par une bûchette parée de verdure et de bougies miniatures, servant de décorations sur les tables du réveillon de Noël, avant de devenir le dessert que l’on connaît aujourd’hui..

Création de la bûche de Noël pâtissière

C’est pour continuer à célébrer ce rituel, que la bûche de Noël a vu le jour sous la forme d’un délicieux dessert qui aurait été inventé par un pâtissier.

Difficile de trouver le véritable créateur de la bûche de Noël pâtissière parmi les différentes références historiques. Pour certains ce serait un apprenti pâtissier parisien travaillant dans une chocolaterie du quartier de Saint Germain des Prés qui en aurait eu l’idée vers 1834. Pour d’autres, ce serait une invention lyonnaise datant des années 1860. Stéphane Bonnat, célèbre chocolatier, pense qu’à l’origine il s’agissait d’un dessert glacé. Toutefois, le carnet de recette de son grand-père Félix Bonnat révèle une recette de bûche pâtissière à la ganache de chocolat.

Une autre hypothèse rend au pâtissier glacier du prince Charles III de Monaco, Pierre Lacam, le bénéfice de la première bûche de Noël pâtissière en 1898. Parmi 3500 recettes, on retrouve dans son Mémorial de la pâtisserie et des glaces, une recette de bûche pour garnir de glace. Ce dessert était composé d’une pâte d’amande moulée autour d’une bouteille, fourrée de glace et recouverte de fondant au chocolat pour simuler l’écorce d’une bûche de bois.