Prières d’espoir du Pape François en cette pandémie de covid-19

Prières du Pape François face au coronavirus

Le Pape François prie le chapelet pour demander la fin de la pandémie dans le monde.

Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.

Dans la présente situation dramatique, chargée de souffrances et d’angoisses qui frappent le monde entier, nous recourons à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous ta protection.

Ô Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux dans cette pandémie du coronavirus, et réconforte ceux qui sont perdus et qui pleurent leurs proches qui sont morts, enterrés parfois d’une manière qui blesse l’âme. Soutiens ceux qui sont angoissés pour les personnes malades auprès desquelles, pour empêcher la contagion, ils ne peuvent être proches. Suscite la confiance en celui qui est inquiet pour l’avenir incertain et pour les conséquences sur l’économie et sur le travail.

Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous de Dieu, Père de miséricorde, que cette dure épreuve finisse et que revienne un horizon d’espérance et de paix. Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des malades et des victimes, et d’ouvrir leur cœur à la confiance.

Protège les médecins, les infirmiers et les infirmières, le personnel sanitaire, les volontaires qui, en cette période d’urgence, sont en première ligne et risquent leur vie pour sauver d’autres vies. Accompagne leur fatigue héroïque et donne-leur force, bonté et santé.

Sois aux côtés de ceux qui, nuit et jour, assistent les malades ainsi que des prêtres qui, avec sollicitude pastorale et engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.

Vierge Sainte, éclaire l’esprit des hommes et des femmes de science, pour qu’ils trouvent de justes solutions pour vaincre ce virus.

Assiste les Responsables des Nations, pour qu’ils œuvrent avec sagesse, sollicitude et générosité, en secourant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en programmant des solutions sociales et économiques avec clairvoyance et avec esprit de solidarité.

Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.

Mère très aimée, fais grandir dans le monde le sens d’appartenance à une seule grande famille, dans la conscience du lien qui nous unit tous, pour que nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère avec un esprit fraternel et solidaire. Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.

O Marie, Consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre dans la sérénité son cours normal.

Nous nous confions à Toi, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de salut et d’espérance, ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie. Amen.

Guide les pas de tes pèlerins qui désirent te prier et t’aimer dans les sanctuaires qui te sont dédiés dans le monde entier sous les titres les plus divers qui rappellent ton intercession, sois pour chacun un guide sûr.

Amen

 ***

« Ô Marie,
Tu brilles toujours sur notre chemin
comme un signe de salut et d’espoir.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui auprès de la Croix, a été associée à la douleur de Jésus,
en restant ferme dans la foi.

Toi, Salut du peuple (romain),
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes sûrs que tu y pourvoiras
pour que, comme à Cana de Galilée,
la joie et la fête reviennent
après cette épreuve.

Aide-nous, Mère de l’amour divin,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire à travers la Croix,
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection, nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas les suppliques de ceux d’entre nous qui sont dans l’épreuve,
et délivre-nous de tout danger, ô Vierge glorieuse et bénie.

Amen

***********

Prière du Pape François pour ceux qui pleurent

Le pape François a adressé sa prière aux personnes isolées ou en quarantaine, les malades et ceux qui ne peuvent pas nourrir leurs enfants.

Le pape François a prié pour ceux qui sont affligés par le coronavirus.

Je pense à toutes ces personnes qui pleurent : des personnes isolées, des personnes en quarantaine, des personnes âgées seules, des personnes hospitalisées et des personnes en thérapie, des parents qui voient que parce qu’ils n’ont pas de salaire, ils ne pourront pas nourrir leurs enfants. Beaucoup de gens pleurent. Nous aussi, de tout notre cœur, nous les accompagnons. Et cela ne nous fera pas de mal de pleurer un peu avec les pleurs du Seigneur pour tout son peuple.

Jésus avait des amis. Il aimait tout le monde, mais il avait des amis avec lesquels il avait une relation spéciale, comme on le fait avec les amis, plus d’amour, plus de confiance … Et bien, bien des fois il est resté chez ces frères : Lazare, Marthe, Marie … Et Jésus a ressenti de la douleur pour la maladie et la mort de son ami. Il est arrivé au tombeau et, profondément ému et très bouleversé, il a demandé : « Où l’avez-vous mis ? » Et Jésus a éclaté en sanglots. Jésus, Dieu mais homme, a pleuré.

Une autre fois dans l’Évangile, il est dit que Jésus a pleuré : quand il a pleuré sur Jérusalem. Et comme Jésus a pleuré tendrement ! Il pleure du cœur, il pleure d’amour, il pleure avec ses propres pleurs. Les pleurs de Jésus. Peut-être a-t-il pleuré à d’autres moments de sa vie – nous ne le savons pas -, certainement au Jardin des Oliviers. Mais Jésus crie par amour, toujours.

Il était profondément ému et très bouleversé, il a pleuré. Combien de fois avons-nous entendu cette émotion de Jésus dans l’Evangile, avec cette phrase qui est répétée : « Voyant, il en eut compassion« . Jésus ne peut pas voir les gens et ne pas ressentir de compassion. Ses yeux sont avec son cœur ; Jésus voit avec ses yeux, mais il voit avec son cœur et est capable de pleurer.

Aujourd’hui, devant un monde qui souffre tant, devant tant de personnes qui subissent les conséquences de cette pandémie de coronavirus, je me demande : suis-je capable de pleurer, comme Jésus l’aurait sûrement fait et comme Jésus le fait maintenant ?

Mon cœur ressemble-t-il à celui de Jésus ? Et si c’est trop dur, si je suis capable de parler, de faire le bien, d’aider, mais mon cœur n’entre pas, je ne suis pas capable de pleurer, de demander cette grâce au Seigneur : Seigneur, que je pleure avec toi, que je pleure avec ton peuple qui souffre en ce moment. Beaucoup pleurent aujourd’hui. Et nous, de cet autel, de ce sacrifice de Jésus, de Jésus qui n’a pas eu honte de pleurer, nous demandons la grâce de pleurer. Que ce jour soit pour nous tous comme le dimanche des pleurs.

  Pape François