Importance des bijoux, parures et parfums dans la Bible

femme avec des bijoux

Les textes de la Bible sont plutôt favorables aux parures, bijoux et parfums

L’ornement est lié à la foi en Dieu. Les femmes se parent pour leurs maris, et Israël se pare pour son Dieu. Bien que l’Ancien Testamen fustige les excès dans les ornements, jamais il n’interdit l’ornement en lui-même.

Dans l’Ancien Testament, que ce soit à l’occasion du premier tabernacle ou de la construction du temple en matériaux durs, avec toutes ses dorures, Dieu n’est pas présenté comme s’opposant aux ornements, à l’or, aux bijoux et aux magnifiques décorations.

À l’époque du Nouveau Testament, les excès et les extravagances dans les ornements étaient prohibés, la société romaine du 1er siècle suspectant d’immoralité les femmes qui s’habillaient de couleurs vives et mettaient beaucoup de bijoux.

Le Nouveau Testament, lui, ne s’adresse plus à un peuple dans lequel on entre par naissance et où l’éthique prônée est nationale. Il s’adresse à un peuple dans lequel on entre par choix délibéré en réponse à un appel, et prône donc une éthique de mission. Il ne déclare pas que le port de l’or, de l’argent et des bijoux constitue un péché.

Mais, en raison à la fois de leur conviction de simplicité et du contexte historique de persécution, les apôtres considèrent que tout ce qui sort de la modestie et de la simplicité met en danger la vie de l’individu et celle de la communauté tout entière.

Place des bijoux dans l’Ancien Testament

En lisant l’Ancien Testament, nous constatons que les parures et les bijoux n’étaient pas exclus de la vie quotidienne des hommes ou des femmes, des gens simples ou des prêtres, des rois ou d’autres chefs. À l’époque, comme dans les temps modernes, on était sensible à la beauté !

Dans Pr 1.8,9, Salomon dit à son fils « Ce sera pour ta tête une couronne gracieuse, des colliers autour de ton cou. »
C’est donc qu’il n’était pas exceptionnel pour un jeune prince de porter des bijoux, et ce n’était pas le privilège des seuls nobles.

Il était aussi fréquent que les hommes et les femmes, se parfument, ainsi que le montre le psaume 133 qui parle de l’huile qui parfume la tête, et descend sur la barbe d’Aaron (v. 1,2 ; cf. 2 S 12.20 ; Mt 6.17).

Les textes de la Bible sont plutôt favorables aux parures, bijoux et parfums

Importance des bijoux, parures et parfums dans la Bible