Traduire cet article dans votre langue:

Signification de l’étoile à 5 branches

L’étoile à 5 branches est un très ancien symbole ésotérique qui représente la conscience incarnée, l’esprit dans la matière.

On retrouve cette étoile dans les principaux cultes des « déesses mères« . En Egypte, la déesse de la fécondité était la personnification de l’étoile Sirius qui annonçait le début de la crue du Nil.

Les propriétés géométriques de l’étoile à cinq branches

Le pentagramme apparaît comme un médiateur qui permet de tracer le cercle à partir du carré et le carré à partir du cercle. Il se situe entre ciel et terre. C’est un médiateur qui permet à l’esprit de se matérialiser et à la matière de se spiritualiser.

Le nombre Cinq résulte de l’addition du deux et du trois, les premiers nombres pairs et impair, le principe féminin et le principe masculin. Le produit ultime de cette génération est l’homme harmonieux créé selon la Genèse, à l’image de Dieu.

L’étoile met en évidence l’écriture architecturale harmonieuse qui met en résonance microcosme et macrocosme sous le signe du nombre d’or, nombre correspondant dans la Kabbale à la valeur numérique du nom de Dieu. Toutes les façons de construire le pentagramme avec l’équerre et le compas mettent en jeu le nombre d’or.

La géométrie nous apprend enfin la capacité de l’étoile à se générer elle-même : l’étoile s’inscrit dans un pentagone, qui s’inscrit dans un pentagramme, et ainsi de suite à l’infini, vers l’infiniment grand et l’infiniment petit, en maintenant les mêmes rapports harmoniques.

« Le temple est comme le ciel dans toutes ses proportions » dit une inscription du temple de Ramsès II. Mais comment connaître les proportions du ciel si ce n’est en s’appuyant sur les proportions du corps humain, œuvre divine et temple de Dieu ?

Tel l’homme de Vitruve, l’homme s’inscrit parfaitement dans une étoile.

L’étoile nous invite à rechercher en nous les mesures du ciel.

L’homme inscrit dans l’étoile a retrouvé ce qui le relie au divin en suivant le processus alchimique et en traversant l’épreuve de la Terre.

La branche supérieure gauche de l’étoile ou œuvre au noir, puis l’épreuve de l’eau,  permet aux éléments de se dissocier durant l’œuvre au blanc dans la branche supérieure droite de l’étoile.

L’épreuve de l’air ou œuvre au jaune dans la branche inférieure gauche de l’étoile va rassembler les contraires et produire le mercure philosophique qui permet à l’homme, grâce à l’épreuve du feu dans la dernière branche de l’étoile, de renaître dans ses trois natures, âme, corps et esprit, harmonieusement rassemblées dans un triangle sacré, nouvel Adam, fruit de l’œuvre au rouge.