Fête de la Noël, 25 décembre

mots clés: , , ,

origine Fête de la Noël, 25 décembre naissance du christ
La fête de Noël est, après la grande fête de Pâques, la plus solennelle, la plus douce et la plus joyeuse des fêtes de l’année.

En ce jour chaque prêtre célèbre trois messes en l’honneur des trois naissances de Notre-Seigneur Jésus-Christ: sa naissance éternelle, sa naissance temporelle sur la terre et sa naissance spirituelle dans nos âmes.

C’est Bethléem que les prophètes ont désigné pour le lieu de la naissance du Rédempteur promis à la terre.

Un puissant empereur charge Quirinius de recenser le peuple et donne ordre aux Juifs de se rendre dans les villes de leur origine pour se faire enregistrer. C’est pour cette raison que Joseph et Marie se rendent à Bethléem.

Comme toutes les hôtelleries étaient pleines de personnes plus riches qu’eux, ils furent obligés de se retirer dans une grotte taillée dans le roc qui servait d’étable aux animaux et ce fut dans un asile aussi pauvre que voulut naître le Dieu par qui tout a été fait.

Marie l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche en pierre qui en renfermait une autre en bois, laquelle se trouve maintenant à Rome où on l’apporta au septième siècle.

La tradition nous apprend qu’il y avait un bœuf et un âne dans l’étable, au moment de la naissance de Jésus.

Cet heureux événement eut lieu le 25 décembre vers l’an 4000.

Il y avait à ce moment dans les environs de Bethléem des bergers occupés à garder leurs troupeaux pendant la nuit.

Tout à coup un Ange se présente à eux et une clarté céleste les environne.

Ils sont saisis d’épouvante mais le messager céleste les rassure, en leur disant :
“Ne craignez pas, car je viens vous apporter une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie. Aujourd’hui dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, c’est le Christ. Allez à Bethléem, vous trouverez un enfant enveloppé de langes couché dans une crèche.”

Les bergers se rendent à Bethléem et voient l’accomplissement de tout ce qui leur a été dit. Après avoir adoré l’Enfant-Dieu ils s’en retournent comblés de consolation et de joie, louant et bénissant Dieu, et racontant à tous ce qu’il ont vu et entendu.

Examinons pourquoi le fils de l’Éternel, en quittant les splendeurs des Cieux, a voulu naître d’une manière si indigne de sa suprême grandeur.

Pourquoi a-t-il pratiqué d’une manière si frappante l’humilité, la mortification et la pauvreté?
C’est pour corriger nos vices et nos erreurs qui viennent de trois grandes sources : l’orgueil, la volupté et le désir de richesses.

Le Sauveur a voulu modifier cela par la pratique des trois vertus opposées.
I. Il a voulu guérir notre orgueil par l’humilité. L’orgueil, principe de tout péché a toujours attiré sur la terre un déluge de malheurs. C’est lui qui a perdu Adam et qui, tout au long des siècles, a constamment enfanté les discussions, les haines et les guerres.

II. Pour nous obliger à détruire en nous la passion de l’impureté le Sauveur s’est condamné à la soufffrance.
L’homme veut à tout prix le plaisir il le demande à toutes les créatures il le cherche partout, il lui sacrifie sa conscience, son honneur et son véritable bonheur.

Jésus-Christ naît dans la douleur, il est couché sur un peu de paille, couvert de misérables langes, condamné à endurer le froid piquant de la plus rigoureuse saison. Comment oserions-nous encore, en face d’un pareil modèle, repousser la douleur, pour ne rechercher que le plaisir et nos aises?

III. Enfin, le Maître de l’univers, pour nous détourner de la valeur des biens terrestres qui occupent nos pensées se condamne volontairement à une extrême pauvreté: Non seulement il ne veut rien de superflu mais il renonce au strict nécessaire, une crèche, un peu de paille, de pauvres langes, des animaux voilà tout ce qui meuble l’étable qu’il habite.

Que cette vue d’un Dieu pauvre, souffrant et humilié, nous jette dans l’admiration et nous fasse prendre la résolution de pratiquer les vertus dont il nous donne l’exemple.

Notre-Seigneur s’est mis en cet état d’humiliations pour être notre Rédempteur, notre Maître et notre Modèle.

Fête du saint rosaire, premier dimanche d'octobre
Origine de la fête de la Toussaint
SPF Sans Personnalité Fixe: Le prédateur du trouble de la personnalité narcissique
Livre : SPF Sans Personnalité Fixe: Le prédateur du trouble de la personnalité narcissique