Traduire cet article dans votre langue:

Confessions pour les péchés commis contre les 10 commandements de Dieu

les 10 commandements

Lorsque vous vous confessez, examinez les principales espèces de péchés qui peuvent se commettre contre les 10 commandements de Dieu et priez pour que Dieu vous pardonne

premier commandement de Dieu.

un seul dieu tu adoreras, et aimeras parfaitement.

1° péchés contre la religion.

Mon père, je m’accuse d’avoir manqué à mes prières (n’oubliez pas, à chaque pêche, de dire combien de fois vous l’avez commis, et d’expliquer les circonstances qui peuvent aggraver et changer l’espèce du péché); d’avoir prié mal, sans attention, sans dévotion, sans intention de n’avoir pas offert à dieu toutes mes pensées, paroles et actions.

D’avoir ri, causé, d’avoir méprisé la religion, la parole de dieu, d’avoir profané les choses saintes, insulté les ministres de la religion, les personnes pieuses, d’avoir consulté les devins, d’avoir ajouté foi à des pratiques, à des observances vaines, superstitieuses.

2° péchés contre la foi.

Mon père, je m’accuse d’avoir douté de la religion, de n’avoir pas appris le catéchisme,  d’avoir dit qu’il ne fallait pas se confesser, que telle ou telle  chose n’était pas un péché, d’avoir écouté des personnes qui parlaient mal de la religion, de les avoir fréquentées, d’avoir lu des livres contre la religion, de les avoir prêtés.

3° péchés contre l’espérance.

Mon père, je m’accuse d’avoir désespéré de mon salut en pensant que dieu ne me pardonnerait pas, d’avoir manqué de confiance en Dieu, d’avoir commis des péchés dans l’espérance du pardon, d’avoir différé ma conversion dans l’espoir que dieu m’attendrait.

4° péchés contre la charité.

Mon père, je m’accuse d’être resté longtemps en péché mortel sans faire un acte de contrition, sans vouloir me confesser avecl’intention de recommencer encore à la prochaine occasion, d’avoir désiré, aimé, approuvé le mal.

second commandement de Dieu

 son saint nom tu respecteras, ne jurant jamais vainement.

Mon père, je m’accuse d’avoir juré contre la vérité, d’avoir juré sans nécessité, d’avoir juré de faire une chose mauvaise, d’avoir manqué à mes voeux, à mes serments,  d’avoir proféré des blasphèmes,  des malédictions contre dieu, contre la religion, contre mon prochain, contre les créatures, contre moi-même.

troisième commandement de Dieu

les dimanches tu garderas, en servant dieu dévotement.

Mon père, je m’accuse d’avoir travaillé les dimanches et fêtes sans une nécessité pressante, d’avoir fait travailler les autres, de n’avoir pas entendu la sainte messe et particulièrement la messe de paroisse, de ne l’avoir pas entendue tout entière et avec dévotion, de n’avoir pas assisté aux offices, aux instructions, au catéchisme, d’avoir négligé toute espèce de bonnes oeuvres, d’avoir passé ces saints jours en débauches, en danses, ou autres semblables divertissements.

quatrième commandement de Dieu

tes père et mère honoreras

Mon père, je m’accuse d’avoir injurié, maltraité mes père et mère, de leur avoir souhaité du mal, de leur avoir manqué de respect par mes mauvaises manières, par mes moqueries, etc.
De leur avoir désobéi, de leur avoir obéi mal, par force, en murmurant, de leur avoir obéi en des choses mauvaises ou dangereuses, de ne pas les avoir aidé dans tous leurs besoins spirituels et corporels, d’avoir désobéi à mes supérieurs,  de leur avoir manqué de respect.

Mon père, je m’accuse de n’avoir pas procuré à mes enfants la nourriture et les habits convenables, de les avoir habillés avec luxe, de n’avoir pas veillé à leur santé, à leur vie, de ne leur avoir pas donné une éducation chrétienne, de leur avoir commandé des choses mauvaises, dangereuses,  de leur avoir donné mauvais exemple par ma vie peu chrétienne, par mes paroles, par mes actions, d’avoir manqué de respect envers mon époux, mon épouse, de lui avoir dit des injures, donné des coups, de lui avoir fait offenser Dieu.

 cinquième commandement de Dieu

homicide point ne seras, de fait, ni de consentement.

Mon père, je m’accuse d’avoir occasionné, donné la mort à mon prochain, de l’avoir injurié, frappé, blessé, de lui avoir souhaité du mal, d’avoir refusé de pardonner, de réparer l’injure que j’avais faite, de demander pardon à ceux que j’avais offensés.
Mon père, je m’accuse d’avoir scandalisé mon prochain, de m’être exposé moi-même au danger d’offenser dieu, de n’avoir pas aidé  les pauvres, les malheureux selon mes moyens, d’avoir négligé de donner de bons avis a ceux qui en avaient besoin, de prier, pour mes parents, mes supérieurs, amis, ennemis, vivants et morts.

sixième et neuvième commandements de Dieu

de la luxure tu fuiras tous les plaisirs fidèlement.

honteux désirs tu banniras loin de ton coeur sévèrement.

Mon père, je m’accuse d’avoir désiré, aimé, regretté, approuvé des actions, des plaisirs déshonnêtes,  d’avoir commis ces actions, consenti à ces plaisirs, de m’être exposé, d’avoir exposé les  coupables de scandale tous ceux qui, par leur faute, sont cause ou occasion de péché pour leur prochain et cela par leurs mauvais exemples, par leurs paroles, leurs conseils, leurs actions, par leur participation, par leur silence même, etc. pour tous les péchés qui peuvent se commettre contre tous les commandements de Dieu.

septième et dixième commandements de Dieu

le bien d’autrui tu ne prendras, ni ne retiendras sciemment.

biens d’autrui ne convoiteras, pour les avoir injustement.

Mon père, je m’accuse d’avoir volé mon prochain, de lui avoir causé du tort, d’avoir eu la volonté de commettre une injustice, de prendre, de retenir le bien du prochain, de ne pas réparer le tort que j’ai causé.

huitième commandement de Dieu

faux témoignage ne rendras, et ne mentiras nullement.

Mon père, je m’accuse d’avoir porté faux témoignage contre mon prochain, de l’avoir calomnié, d’avoir médit de mon prochain, d’avoir lu, écouté, révélé des secrets, d’avoir menti pour nuire à quelqu’un, pour m’excuser,   pour rire, par légèreté.