Aller au contenu

La révolution française a créé une nouvelle religion

En 1793 Robespierre institue un culte révolutionnaire et propose une nouvelle religion d’État, déiste et patriote : le culte de l’Être suprême.

Dans le courant de l’été 1793, alors que la guerre civile dans l’ouest de la France s’ajoute aux désordres sociaux engendrés par la Révolution et à la crise économique qui touche l’ensemble du pays, le montagnard Maximilien Robespierre fait son entrée au Comité de salut public.Pour mettre un terme au vif élan de déchristianisation que connaît la France à cette époque (notamment porté par l’aile gauche de la Montagne, les Hébertistes), Robespierre, qui n’aspire ni à la laïcité ni à l’athéisme, institue un culte révolutionnaire afin de cimenter la société autour de la République et des valeurs proposées par la Révolution.
Tandis que tous les lieux de culte ont été fermés un an auparavant, en mai 1794 – floréal, an II –, il propose une nouvelle religion d’État, déiste et patriote : le culte de l’Être suprême.
Inspirée des idées humanistes des Lumières et d’une forme mutante de croyance déiste, cette nouvelle religion véhicule l’idée que l’âme de l’homme est immortelle et peut être sauvée par la « bonne morale ». Elle invite ainsi ses adeptes à croire en l’existence d’une divinité impersonnelle, « l’Être suprême », supposé créateur de l’univers.
Le 7 mai 1794, à l’initiative de Robespierre, la Convention édicte un décret, retranscrit dans les colonnes du Mercure Universel, par lequel «?le peuple français reconnaît l’Être suprême et l’immortalité de l’âme?». Le journal annonce également la célébration de diverses solennités en l’honneur de la nouvelle divinité :

«La Convention nationale, après avoir entendu le rapport du comité de salut public, décrète :
• Art. I. Le peuple français reconnaît l’existence de l’être suprême et l’immortalité de l’âme.
• Art. II. Il reconnaît que le culte digne de l’être suprême est la pratique des devoirs de l’homme.
• Art III. Il met au rang de ses devoirs de détester la mauvaise foi et la tyrannie, de punir les tyrans et les traîtres, de secourir les malheureux, de respecter les faibles, de défendre les opprimés, de faire aux autres tout le bien qu’on peut, et de n’être injuste envers personne.
• Art IV. Il sera institué des fêtes pour rappeler l’homme à la pensée de la divinité et à la dignité de son être.»

Quand les révolutionnaires avaient rebaptisé Notre-Dame de Paris

C’est le coup d’envoi de cérémonies fastes telles que la fête de l’Être suprême qui se déroule le jour de la Pentecôte selon le calendrier chrétien, le 8 juin 1794 (20 prairial an II) sous la houlette artistique du célèbre peintre Jacques-Louis David. Au même moment, de nouvelles lois de simplification des procédures judiciaires sont votées : c’est le début de la Grande Terreur.
Le Mercure Universel relate les préparatifs et la liesse populaire à la veille de cette grande manifestation, avec un enthousiasme sans doute imposé par les autorités.

«Cette fête digne à la fois de son objet et du peuple qui l’a célébrée, a présenté le spectacle le plus imposant et le plus majestueux ;
dès la veille tout semblait se disposer pour ce grand jour ; les rues n’étaient remplies que de citoyens et citoyennes qui revenaient de la campagne chargés de verdure, de fleurs, de branches de chêne, etc. ;
partout sur le devant des portes on voyait d’autres citoyens disposer, en chantant des airs patriotiques, des guirlandes et des couronnes, et avant la nuit, plusieurs portes étaient décorées.»

La fête de l’Être suprême se déroule en deux temps : dans un premier, le peuple est réuni aux Tuileries où il est invité, lors d’un cérémonial solennel, à rejeter l’athéisme.
Le déroulement de la manifestation est rapporté en des termes lyriques dans Le Républicain français :

«Une salve d’artillerie a annoncé au peuple d’aller se ranger au jardin national où les représentants du peuple étaient réunis sur un amphithéâtre embelli par l’emblème de toutes les vertus que la République honore dans ces fêtes décadaires. […]
Les législateurs de la République étaient debout sur cette estrade élevée contre un palais conquis sur le dernier de nos tyrans.
Sur les degrés qui y conduisent, étaient placés des chœurs d’une musique simple et majestueuse. L’air retentissait de chants adorateurs, lorsque le président de la Convention nationale a pris la parole.»

Après son discours adressé aux Français républicains, dans lequel il vante les notions de liberté et de vertu ainsi que l’adoration de l’Être suprême, Robespierre se dirige, un flambeau à la main, vers une effigie de l’athéisme qu’il enflamme de sa torche au son de cris d’allégresse, d’applaudissements et de « cantiques de joie ».
Puis la foule, dans une gigantesque procession, se rend à l’actuel Champ-de-Mars afin de reconnaître le «Grand Être» en tant qu’auteur de l’univers :

«Après cette première cérémonie, le peuple a conduit au champ de la Réunion le char triomphal de la liberté, sur lequel on voyait les instruments des arts utiles et les dons que la nature a versés sur le territoire français. […]
Arrivé au champ de la Réunion, le peuple s’est rangé autour d’une montagne immense, devenue l’autel de la patrie. On y lisait éparses, les inscriptions suivantes :
• La révolution est fille du ciel.
• C’est la justice seule qui rend les hommes égaux.
• Le Dieu de la nature n’est pas le Dieu des prêtres […].

Le véritable prêtre de l’Être suprême, c’est la nature ; son temple, l’univers ; son culte, la vérité ; ses fêtes, la joie d’un grand peuple rassemblé pour resserrer les doux nœuds de la fraternité, et jurer la mort des tyrans. »

Enfin, après que les Parisiens eurent rejoint les représentants du peuple à la Convention, « un concert unanime de prières et de louanges retentit dans les airs, et les cris général, vive la République ! montèrent vers la divinité ». En réalité, cette cérémonie aurait suscité de nombreux rires et moqueries de la part des représentants du peuple, lesquels auraient en outre refusé de se plier au silence imposé et de marcher au pas.
L’effet spectaculaire de cette fête civique frappa toutefois vraisemblablement l’esprit du peuple de Paris, à ce point que le culte survivra à la chute de Robespierre un mois plus tard, le 9 thermidor an II, et sera célébré ponctuellement jusqu’au Directoire.

Étiquettes:
Gloireadieu.com utilise des cookies provenant de Google pour fournir ses services et analyser le trafic. Votre adresse IP et votre user-agent, ainsi que des statistiques relatives aux performances et à la sécurité, sont transmis à Google afin d'assurer un service de qualité, de générer des statistiques d'utilisation, et de détecter et de résoudre les problèmes d'abus.
Cookies settings
Accepter
Politique en matière de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
  • Qui sommes-nous ?

    L’adresse de notre site Web est : https://www.gloireadieu.com/

Cookies publicitaires Google

Nous utilisons des cookies pour faciliter la diffusion des annonces sur les sites Web de nos partenaires, tels que ceux diffusant des annonces Google ou membres d'un réseau publicitaire agréé par Google. Lorsqu'un utilisateur visite ce type de site, un cookie peut être placé dans son navigateur.
    • Les fournisseurs tiers, y compris Google, utilisent des cookies pour diffuser des annonces en fonction des visites antérieures des internautes sur votre site Web ou sur d'autres pages.
    • Grâce aux cookies publicitaires, Google et ses partenaires adaptent les annonces diffusées auprès de vos visiteurs en fonction de leur navigation sur vos sites et/ou d'autres sites Web.
Cliquez ici pour savoir comment Google utilise les informations fournies par les cookies

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.  
Save settings
Cookies settings