Jugement de Dieu: épreuve du cercueil et du poison

Jugement de Dieu: épreuve du cercueil et du poison

Ordalie: épreuve du cercueil et du poison

épreuve judiciaire du cercueil

Parmi les épreuves utilisées par la justice au Moyen-âge en France, en Italie, en Allemagne et en Espagne pour rendre le Jugement de Dieu il y a celle du cercueil.

On y recourait lorsque l’auteur d’un assassinat était  inconnu. Ceux qui étaient dénoncés comme suspects étaient amenés près du cercueil de la victime et obligés de poser la main sur le cadavre. D’après la croyance populaire celui-ci devait saigner au contact du meurtrier.

épreuve judiciaire du poison

Voici comment se passait l’épreuve judiciaire du poison : si quelqu’un était tué par un inconnu il fallait découvrir son assassin.

Le juge qui présidait à l’instruction décidait s’il devait y avoir l’épreuve.

Devant l’assistance, l’accusé buvait d’un trait un poison préparé à l’avance et devait ensuite franchir en courant une certaine distance dont la limite était marquée, soit par une poutre, soit par une trace sur le sol. S’il s’écroulait avec des convulsions avant d’arriver au but, il était déclaré coupable.

Les accusés riches et puissants passaient à travers les mailles de la procédure car la dose de poison variait en fonction de l’argent qu’il versait à celui qui le préparait qui, souvent, permettait aussi à l’accusé de boire une potion à base d’une huile qui atténuait l’action de toxique  du poison ingurgité.