Épiphanie, la fête catholique du 6 Janvier célébrant les rois Mages

mots clés: , , , , , , , , , ,

Épiphanie, la fête catholique célébrant les rois Mages - www.gloireadieu.com

Lors de la naissance de Jésus dans Bethléem au temps du roi Hérode, des Mages vinrent d’Orient à Jérusalem, et ils demandèrent :
“Où est le roi des Juifs qui vient de naitre? Nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus l’adorer.”

Le roi Hérode fut troublé, il convoca les Mages en secret pour savoir à quel moment l’étoile leur était apparue, et, il leur dit :
“Allez à Bethléem et cherchez qui est cet enfant, lorsque vous l’aurez trouvé, faites-le moi savoir afin que j’aille aussi l’adorer.”

D’après les prophéties, le Christ devait paraître quand les Juifs cesseraient d’être gouvernés par des rois de leur race. Or, le roi Hérode était un étranger imposé par les Romains et, se croyant déjà à la veille d’être détrôné, Hérode veut découvrir à tout prix l’enfant que cherchent les Mages afin de le faire disparaître.
Il rassemble aussitôt les chefs des prêtres, les scribes, tous ceux qui sont censés connaître les Livres saints et leur demande où doit naître le Christ. On lui répond qu’il doit naître à Bethléem et on lui cite les paroles de la prophétie.

Les mages prirent la route, l’étoile qu’ils avaient vue en Orient reparut, elle allait devant eux et s’arrêta sur le lieu où était l’Enfant.
Les rois mages entrèrent dans la maison. Ils trouvèrent l’Enfant avec Marie, sa mère et s’agenouillèrent devant eux puis ils offrirent des présents très précieux : l’or, l’encens et la myrrhe

Ces présents avalent une signification particulière :
– l’encens indiquait la divinité de Jésus-Christ,
– l’or sa royauté
– la myrrhe, une substance rare et coûteuse dont on se servait autrefois pour embaumer les morts, sa nature humaine.
Les présents des Mages étaient destinés à pourvoir aux besoins de la sainte Famille pendant sa fuite en Egypte qui devait bientôt avoir lieu.
Lorsque les Rois Mages furent prêts à regagner leur pays ils furent avertis par un ange de ne pas retourner vers le roi Hérode, mais de prendre un chemin différent.

Qui étaient ces rois Mages?

On désignait sous le nom de “Mages” des savants qui observaient les astres et pouvaient y lire les événements du monde. La Tradition nous enseigne que les Mages, au nombre de trois, venus pour adorer Jésus-Christ, étaient de riches et puissants personnages, des princes ou des rois, comme il y en avait beaucoup à cette époque en Arménie et en Perse.

Quelle était cette étoile qui guidait les rois Mages?

On pense généralement que ce n’était pas une véritable étoile mais un ange ayant pris la forme d’un astre lumineux qui s’est montré en Orient, là ou les Mages habitaient, pour les guider jusqu’à Bethléem.

Comment les Mages, voyant cette étoile ont-ils pu savoir que Jésus-Christ était né?

Les prophéties concernant la naissance de Jésus Christ, Sauveur du monde, étaient connues dans tout l’Orient. Elles annonçaient qu’un grand Roi, envoyé de Dieu, naîtrait et que sa naissance serait indiquée par l’apparition d’une nouvelle étoile.
Les Mages qui attendaient avec impatience ce nouvel astre, à l’époque fixée par les prophètes, firent leurs préparatifs et se mirent en route dans sa direction dès qu’il apparut.
Les Mages devaient être de saints personnages, des hommes très vertueux servant Dieu dans la simplicité de leur coeur. Pour les récompenser, Dieu les avait éclairés intérieurement, et leur avait inspiré un grand désir d’aller rendre hommage au nouveau Roi.

Nous aussi, nous entendons souvent des invitations de Dieu, des invitations quelquefois fort pressantes, ce sont de bonnes pensées, de bons désirs, de bons mouvements, qui nous aident à nous sentir bien. Empressons-nous de les suivre et de les mettre à exécution car, peut- être que la voix de la grâce se taira plus tard.

Si les Mages avaient retardé leur voyage, ils n’auraient jamais rencontré le Sauveur.
Les voilà donc en route, pleins de joie et d’espérance. Ils s’en vont droit à Jérusalem la ville sainte. Les rois mages pensent que tout le monde connaît le grand événement et se livre à des réjouissances publiques. Ils entrent dans la ville mais ne rencontrent que des gens occupés par leurs affaires qui les regardent passer avec étonnement et curiosité.
Il n’est pas question du Messie ni de la naissance du Grand Roi envoyé de Dieu.

D’où vient ce calme? D’où vient ce silence? Est-ce qu’ils n’auraient pas été imprudents d’entreprendre leur voyage ? Est-ce qu’ils ne se sont pas trompés?
L’étoile s’est cachée à leurs yeux quand ils approchaient de Jérusalem… est-ce qu’ils n’auraient pas pris pour un astre ce qui était seulement une lueur incertaine et passagère?

Qu’auriez-vous fait à la place des rois mages?

Gardé le silence et arrêté le voyage ?
Ces coeurs simples et droits ne voulaient qu’une chose : plaire à Dieu, faire sa volonté et obéir à sa voix.

Or, Dieu n’abandonne jamais l’homme juste qui se confie à lui.

En les appelant au berceau du Christ, Notre-Seigneur voulait montrer qu’il se ferait connaître non seulement au peuple juif, mais à tous les autres peuples.

La fête de l’épiphanie nous rappelle donc notre vocation à la foi, c’est-à-dire le plus grand bienfait que nous ayons reçu de Dieu.

Voilà pourquoi le 6 Janvier on célébre cette belle fête chrétienne non seulement à l’église mais dans toutes les familles où chacun, riche ou pauvre, reçoit sa part du gâteau des Rois.

Fête de l'assomption 15 Août - Résurrection de la Sainte Vierge Marie
livre: le grand miracle de fatima
Livre: le grand miracle de fatima